Thèmes d'actualité fermer

Lieux concernés, sanction... Tout savoir sur l'obligation du port du masque

Le port du masque est obligatoire dès ce lundi dans les lieux publics clos. Cela concerne notamment les établissements recevant du public, mais des zones d'ombre demeurent pour certains lieux.
Le port du masque est obligatoire dès ce lundi dans les lieux publics clos. Cela concerne notamment les établissements recevant du public, mais des zones d'ombre demeurent pour certains lieux.

C'est la petite musique qui monte, inquiétante : l'hypothèse d'une deuxième vague épidémique se renforce. "Il faut être vigilant. Nous ne sommes pas dans une situation grave, mais c'est une situation qui appelle plus de vigilance", a déclaré vendredi le Premier ministre Jean Castex, alors que le taux de reproduction du virus est en hausse dans plusieurs régions, dont la Bretagne.  

Au niveau national, le taux de reproduction effectif du virus est repassé légèrement au-dessus de 1 depuis la première semaine de juillet, et se situe actuellement à environ 1,20, selon Santé publique France. Cela signifie que chaque malade du Covid-19 contamine en moyenne 1,2 autre personne. Afin de freiner la propagation du virus, le gouvernement a donc décidé de rendre obligatoire le port du masque dans les endroits publics clos dès lundi 20 juillet, notamment dans les magasins. Mais des questions se posent sur l'application d'une telle mesure pour les autres lieux.L'Express fait le point. 

  • Obligatoire dans toutes les grandes enseignes alimentaires

C'est le point le plus clair. Les commerces sont particulièrement visés par cette mesure. Car depuis le début du déconfinement, à chaque établissement sa politique. Face au relâchement des mesures barrières et aux critiques des médecins qui alertent sur des "signaux faibles" de reprise de l'épidémie, la situation devait évoluer. Alors que Le président Emmanuel Macron avait annoncé le 14 juillet que l'obligation de porter un masque entrerait en vigueur le 1er août, la date a ainsi été rapidement avancée. 

L'Express Abo

Offre d'été : Profitez de l'offre spéciale 2 mois pour 1€

Je m'abonne

LIRE AUSSI >> Coronavirus : pourquoi la situation en Mayenne est "problématique" 

Le port du masque sera donc obligatoire dans l'ensemble des magasins des grandes enseignes alimentaires à partir de lundi, conformément aux directives gouvernementales destinées à casser une reprise de l'épidémie de Covid-19, a indiqué ce dimanche la Fédération du secteur (FCD). Cette décision concerne les magasins des enseignes Auchan, Aldi, Carrefour, Colruyt, Cora, Groupe Casino, Intermarché, Leclerc, Lidl, Netto, Supermarché Match et Système U, précise la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) dans un communiqué. 

  • Plus généralement, quels sont les lieux concernés ?

A partir de lundi, les "magasins de vente, centres commerciaux, administrations, banques et marchés couverts" s'ajoutent à la liste des lieux où le port du masque était déjà prévu pour lutter contre le Covid-19, détaille la DGS. 

Les salles de réunions et de spectacle, cinémas, restaurants, hôtels, salles de jeux, établissements d'enseignement, centre de vacances, bibliothèques, lieux de culte, établissements sportifs couverts, musées, gares et aéroports étaient en effet déjà concernés "parfois avec des règles spécifiques", rappelle-t-elle. 

Le ministre de la Santé Olivier Véran a précisé samedi sur Twitter que la mesure concernerait également les banques et les marchés couverts. Il évoque aussi, justement, les "établissements recevant du public". 

Salles de sport : non obligatoire... durant l'activité physique

Nombreux se posaient la question du port du masque dans les salles de sport. D'autant que la définition d'un lieu clos reste floue. Un autre problème vient s'ajouter pour ces lieux : difficile de s'entraîner avec un masque, surtout en cette période estivale. La question a été vite tranchée, et peut rassurer les sportifs. Le protocole sanitaire "le même que dans les restaurants", a précisé vendredi le ministère des Sports sur Twitter. Il faudra donc porter un masque pour entrer dans la salle, y circuler et en sortir. 

"On ne l'enlèvera qu'au moment de faire du sport, et on le portera le reste du temps", ajoute le ministère. Quid des risques de contamination ? "Pendant l'effort il faudra bien respecter les gestes barrière et en particulier la distanciation. Le port du masque doit vous protéger surtout quand vous croisez d'autres pratiquants dans la salle", répond le ministère dans un autre tweet. 

  • Et dans les lieux culturels ?

Pour les cinémas... C'est le flou ! Depuis la réouverture des salles le 22 juin, les mesures de distanciation sociale entre les spectateurs doivent être obligatoirement respectées. Mais concernant le masque : il est obligatoire dans les halls et lors des déplacements... mais pas durant la séance. Cette mesure va-t-elle évoluer ? "Il faut en tout cas des règles harmonisées, lisibles et compréhensibles par tous, sans quoi les gens n'adhéreront pas", explique dans Le Parisien Francis Allard, chercheur du CNRS spécialiste des aérosols. 

LIRE AUSSI >> Coronavirus : l'évolution de l'épidémie jugée "inquiétante" en Nouvelle-Aquitaine 

Concernant les salles de spectacle, l'entrée peut déjà être refusée à une personne ne portant pas de masque. "L'accès au lieu est réservé aux spectateurs munis d'un masque, à l'exception des enfants de moins de 11 ans pour lesquels le port du masque ne peut être imposé. Il est nécessaire d'informer le public par l'affichage de ces mesures. L'entrée du lieu peut être refusée aux spectateurs n'étant pas munis de masques", peut-on lire dans les recommandations sanitaires du ministère de la Culture (actualisées le 26 juin). La plupart des musées et monuments imposent déjà le port du masque. Idem pour les lieux de culte. 

  • Et dans les entreprises ?

Il s'agit ici d'un cas différent. Les entreprises ne sont pas concernées par cette nouvelle mesure mais à elles de gérer "au cas par cas, en fonction des situations", a expliqué mercredi le Premier ministre Jean Castex dans Le Parisien. Le protocole sanitaire pourrait devenir plus contraignant, face au risque d'une reprise épidémique. De manière générale, les entreprises imposent le port du masque lors des réunions ou si les mesures de distanciation ne peuvent pas être appliquées. De nouvelles recommandations devraient émerger dans les semaines à venir, a précisé jeudi le Premier ministre au Sénat. 

  • Y aura-t-il des sanctions ?

La question était, jusqu'à ce dimanche, floue. Mais c'est désormais confirmé : en cas de non-respect du port du masque, l'amende sera de 135 euros, a précisé le ministère de la Santé au Parisien. Soit la même que celle appliquée dans les transports en commun. Des contrôles inopinés seront par ailleurs réalisés pour s'assurer que la règle est appliquée. En Mayenne où le masque est déjà obligatoire dans six communes, l'amende est également de 150 euros. Elle atteint 1500 euros en cas de récidive dans les quinze jours.  

Shots similaires
Les shots les plus populaires de cette semaine