Thèmes d'actualité fermer

5 choses à savoir sur La Mariée était en noir de François Truffaut

Jeanne Moreau incarne Julie Kohler, une mariée vengeresse dans l’un des films les plus culte de François Truffaut, diffusé ce soir sur Arte.

Dans le cadre du cycle François Truffaut, Arte programme ce soir La Mariée était en noir avec Jeanne Moreau et Charles Denner. Une histoire de meurtre, de vengeance et d’hommes qui succomberont au charme fatal d’une veuve dont le cœur brisé est l’arme la plus dangereuse. Sorti en 1968, le film est considéré comme le mariage parfait entre la signature de François Truffaut et l’esprit noir d’Alfred Hitchcock, son maître de toujours. Vogue revient sur cinq anecdotes à connaître sur le film culte.

Inspiré d’un roman de William Irish

Tout comme La Sirène du Mississipi, François Truffaut s’est penché sur la bibliographie de William Irish pour s’inspirer. Sorti un an avant le chef d’œuvre mettant en scène Catherine Deneuve et Jean-Paul Belmondo, La mariée était en noir met une nouvelle fois en lumière une femme séduisante et létale. The Bride Wore Black est publié en 1940 et est le premier succès policier de l’auteur américain qui éditait jusque là ses nouvelles dans la presse. Une grosse différence entre le roman et son adaptation cinématographique est notable : à la fin du livre, la meurtrière, se rend compte qu’elle a tué des innocents.

La relation Alfred Hitchcock / François Truffaut

François Truffaut considère Alfred Hitchcock comme un maître. Pendant l’écriture du script de La Mariée était en noir, le réalisateur est en plein entretien avec le maestro du suspense et prépare son livre Hitchcock/Truffaut, ou Le Cinéma selon Alfred Hitchcock qui paraîtra en 1966. Dans son adaptation du roman de William Irish, François Truffaut modifie un peu l’histoire pour qu’elle colle aux « principes hitchockiens ». Plusieurs critiques de l’époque ont d’ailleurs souligné la réussite du film et les similitudes entre sa construction et celles des œuvres d’Alfred Hitchcock. Pour La Mariée était en noir, il s’entoure notamment du compositeur Bernard Herrmann, qui travailla aux côtés du réalisateur britannique.

La veuve noire

Au cinéma, la veuve noire a pris différentes formes. Celle de François Truffaut est une apparition fantomatique pourtant bien réelle et annonciatrice de malheur. Lors d’une interview réalisée par James Lipton en 2002, Jeanne Moreau revient sur les temps forts de sa carrière. Le journaliste décrit le personnage de Julie Kohler comme une veuve noire et demande à l’actrice ce qu’elle pense des motivations de l’épouse vengeresse. Jeanne Moreau compare l’héroïne à deux personnages de la mythologie grecque : Médée et Méduse. Ces deux magiciennes irrésistibles mais effrayantes ont semé la terreur parmi les hommes. Pour la comédienne, la réaction de Julie Kohler est parfaitement proportionnée : « Elle se venge de ce que ces hommes ont fait subir à son mari. Mais elle fait aussi partie des victimes collatérales. »

La Mariée était en noir

© Keystone-France

Jeanne Moreau actor icon French death cinema
La vision féminine

Plutôt que de faire durer le suspense sur le dénouement de l’histoire jusqu’à la fin, François Truffaut en décide autrement. Les réponses à toutes les questions du spectateur sont données dès le milieu du film, laissant une liberté certaine au réalisateur pour la suite. Dans la seconde moitié de son long-métrage, François Truffaut se concentre sur un autre thème : les liens entre l’amour et la mort vus par une femme en deuil. Julie Kohler est entourée d’hommes immatures et lâches. Elle n’a qu’une idée en tête : se venger à la hauteur de leur crime. Pourtant, elle noue une relation avec le dernier d’entre eux, l’artiste Fergus, interprété par Charles Denner. Tout l’art de Truffaut se dessine alors dans cet étrange duo.

Kill Bill

Bien plus tard, la créature vénéneuse incarnée par Jeanne Moreau se réincarnera en une toute autre héroïne vengeresse au charme fatal : la Mariée interprétée par Uma Thurman dans Kill Bill de Quentin Tarantino. Bien que le réalisateur américain nie s’en être inspiré, les similitudes entre les deux films prêtent parfois à confusion. De Kill Bill à La Mariée était en noir, les tueurs sont au nombre de cinq et les deux veuves établissent une killing list. Les héroïnes rayent d’ailleurs toutes les deux le nom d’une de leurs victimes dans un avion. Dans les deux œuvres, la mort de la quatrième vendetta reste longtemps mystère. Enfin, Truffaut et Tarantino jouent sur les noms de leurs héroïnes : Jeanne Moreau ne dévoile le sien à ses victimes que quelques secondes avant leur trépas. Quant à Uma Thurman, son identité reste secrète jusqu’à la fin.

[embedded content]

Retrouvez aussi sur Vogue.fr :6 films de François Truffaut à voir sur NetflixLa Sirène du Mississipi : 5 choses à savoir sur le filmLes plus beaux clichés de Jeanne Moreau

[embedded content]

Shots similaires
Les shots les plus populaires de cette semaine