Thèmes d'actualité fermer

Finkielkraut, «jeté en pâture», promet «d'attaquer» LCI

Le philosophe a été congédié mardi après ses propos sur l'affaire Duhamel qui, selon la chaîne, dépassent les limites du «débat d'idées, argumenté et respectueux».

Le philosophe a été congédié mardi après ses propos sur l'affaire Duhamel qui, selon la chaîne, dépassent les limites du «débat d'idées, argumenté et respectueux».

Le philosophe Alain Finkielkraut, congédié mardi par LCI qui en avait fait un de ses chroniqueurs, a promis ce mercredi «d'attaquer» la chaîne, car selon lui «ils trafiquent (ses) propos» sur l'affaire Olivier Duhamel.

À lire aussi :Sciences Po secouée par l’affaire Duhamel

Alain Finkielkraut «mettra tout en œuvre pour obtenir justice et faire reconnaître le préjudice moral extrême qu'il subit», a-t-il écrit dans un communiqué. «Je veux aller en justice. Et je suis d'autant plus déterminé à le faire que LCI a retiré l'émission de son site internet, ce qui empêche tout le monde de se faire une idée précise de ce que j'y ai dit. Je suis jeté en pâture», a déclaré le philosophe, interrogé par l'AFP. «J'ai pris la décision d'attaquer quand j'ai vu que cette émission n'était plus visible. Eux-mêmes, LCI, ils trafiquent mes propos en envoyant un passage décontextualisé» sur Twitter, a-t-il ajouté.

Rétropédalage

LCI reproche à Alain Finkielkraut d'avoir, dans l'émission 24h Pujadas de lundi, dépassé les limites du «débat d'idées, argumenté et respectueux». Dans l'affaire de viol présumé dont est accusé le politologue Olivier Duhamel sur son beau-fils, «on n'a pas les éléments, et quand on essaie de le faire, c'est-à-dire on dit: mais y a-t-il eu consentement, à quel âge ça a commencé, y a-t-il eu consentement, y a-t-il eu ou non une forme de réciprocité, on vous tombe immédiatement dessus», y déclarait Alain Finkielkraut. Ce dernier a déclaré que son raisonnement était incompris.

À lire aussi :L’onde de choc de l’affaire Duhamel

«L'inceste et la pédophilie le révoltent et il a condamné avec la plus extrême fermeté dès le début de l'émission les faits reprochés à Olivier Duhamel», lit-on dans le communiqué transmis par son entourage. «Dans l'affaire Duhamel je ne présume pas qu'il y ait ce consentement, je n'en sais rien», a expliqué Alain Finkielkraut à l'AFP ce mercredi, ajoutant: «Olivier Duhamel a vraiment eu tort, il n'y a aucun doute là-dessus». Interrogée par l'AFP, la chaîne s'est refusée à tout commentaire.

Shots similaires
Les shots les plus populaires de cette semaine