Thèmes d'actualité fermer

Couvre-feu étendu en Occitanie : la liste des dix départements sur treize qui sont en alerte maximale

Il fallait s’y attendre : la presque totalité de l’Occitanie passe dans le rouge, sous le régime du couvre-feu à compter de ce vendredi minuit. Les élus locaux réagissent diversement à la nouvelle situation.

Il fallait s’y attendre : la presque totalité de l’Occitanie passe dans le rouge, sous le régime du couvre-feu à compter de ce vendredi minuit. Les élus locaux réagissent diversement à la nouvelle situation.

Ce qu'il faut savoir
  • 54 départements désormais sous couvre-feu : les départements dont les grandes métropoles étaient déjà sous couvre-feu passent d'office en alerte maximale. S'ajoutent 38 nouveaux départements, qui seront ainsi soumis à ces nouvelles mesures. 
  • Entrée en vigueur dès vendredi minuit : comme la semaine dernière, ces mesures seront activées à compter de ce vendredi minuit. Ce qui signifie que de minuit à six heures il sera interdit de circuler, puis de 21 à 6 heures à partir de samedi soir. 
  • Seule l'Aude épargnée dans l'ex Languedoc-Roussilon : dans notre zone, seule l'Aude est épargnée par ces mesures. Les P.-O., l'Hérault, le Gard et la Lozère sont ainsi sous couvre-feu. 
  • L'application "Tous anti-Covid" : elle a été présentée par le secrétaire d'Etat chargé du numérique et remplace l'ancien "Stop-Covid". Elle est disponible dès ce jeudi 22 octobre en téléchargement. 
  • 115 millions d'euros débloqués pour soutenir la culture : ces fonds, annoncés par la ministre de la Culture, viendront en aide aux secteurs du spectacle vivant, de la musique et du cinéma.

C'était attendu ! C'est désormais confirmé par le gouvernement depuis jeudi 22 octobre. Le ton grave, le Premier ministre Jean Castex, a encore durci le ton face à l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France. On fait le point en Occitanie.

Les territoires métropolitains de Montpellier et Toulouse sont donc étendus à leurs départements de l’Hérault et de Haute-Garonne.

A lire aussi : Coronavirus : vendredi soir ou samedi matin, quand commence exactement le couvre-feu ?

Huit nouveaux départements en alerte maximale

L'Hérault et la Haute-Garonne sont ainsi rejoints par huit autres, soit dix sur les treize que compte la région : le Gard, la Lozère, l'Aveyron, le Pyrénées-Orientales, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, l'Ariège, les Hautes-Pyrénées.

Trois départements encore épargnés

Seule l’Aude est épargnée dans l’ex-Languedoc-Roussillon. En Midi-Pyrénées, sont exclus des mesures de restriction les départements du Gers et du Lot..

85 % de la population de la région passe en couvre-feu

En tout, cela représente plus de 85 % de la population d’Occitanie qui passe au régime du couvre-feu. "On s’y attendait". À Sète, dans l’Hérault, le maire François Commeinhes s’attendait à une telle mesure : "Cela fait une semaine que l’on regarde le taux d’incidence grandir. On y a échappé la semaine dernière quand la Métropole de Montpellier a été placée sous couvre-feu. Ici, forcément, avec les vacances scolaires, il y avait beaucoup de monde, donc ce n’est pas une surprise que la circulation virale se soit accentuée".

54 départements sont soumis au couvre-feu en France, dont dix désormais en Occitanie.
54 départements sont soumis au couvre-feu en France, dont dix désormais en Occitanie. Infographie Midi Libre - Sophie Wauquiez
Réactions mitigées des maires en région

Évidemment, pareille décision va avoir de grosses conséquences sur le commerce local, "sur les cinémas, la Scène nationale, qui vont devoir s’adapter. Tout le monde va devoir s’adapter et nous allons faire le maximum pour les accompagner et les aider à passer cette nouvelle épreuve", assure le premier magistrat. "Une mesure brutale venue de Paris". Le ton est moins fataliste et autrement plus vif en Lozère où le département est resté très longtemps celui qui avait le moins de cas en France. Pour le maire de Mende, Laurent Suau, le passage en rouge est une "mesure brutale qui tombe de Paris et qui n’est pas du tout adaptée à notre territoire".

Selon l’édile, les chiffres sont tronqués par le fait que certains Ehpad et certains établissements de santé sont impactés par le virus : "Comme nous ne sommes pas nombreux… Mais partout ailleurs, ça va. Et fermer les bars et les restaurants à 21 h n’arrangera pas la situation, se désole-t-il. On nous a vendu le couple maire-préfet, tout cela, c’est de la façade". Laurent Suau a appris jeudi matin que le département passerait sous le régime du couvre-feu par un coup de fil de la préfète Valérie Hatsch.

À Nîmes, le maire Jean-Paul Fournier multiplie les réunions pour adapter la politique communale. Lui aussi a appris jeudi matin que le Gard allait passer en alerte maximale, comme l’a confirmé une circulation virale inquiétante : "Que voulez-vous, je dois bien accepter cette décision mais cela va être difficile pour tout le monde. Je ne peux pas aller contre et il faut bien penser à tous ceux qui sont touchés par le virus".

Le maire nîmois espère que la situation s’améliorera d’ici quinze jours et que le département échappera aux restrictions, en particulier le couvre-feu qui impacte la vie nocturne de la capitale gardoise.Jean-Yves Chapelet, le maire de Bagnols-sur-Cèze, ne veut pas revivre ce qu’il a enduré durant le confinement : "Toutes les mesures qui l’éviteront seront les bienvenues. Durant le confinement, j’ai fait un direct live quotidien où j’ai dû, à plusieurs reprises, annoncer des morts. Je me passerai bien de revivre pareil exercice". Sans compter qu’il est par ailleurs président du conseil de surveillance de l’hôpital et a vécu "aux côtés des soignants la première vague. Et je vis la seconde. Cette mesure est difficile mais je la comprends". Un peu de sagesse…

Shots similaires
Les shots les plus populaires de cette semaine