Thèmes d'actualité fermer

Un homme décapité à Conflans-Sainte-Honorine, le parquet antiterroriste se saisit

Le meurtrier présumé a été tué par balles par la police au cours de la tentative d'interpellation.
Des policiers barrent la route à proximité du collège de Conflans-Sainte-Honorine...

Charles Platiau / reuters

Des policiers barrent la route à proximité du collège de Conflans-Sainte-Honorine où un professeur a été tué dans un "attentat terroriste islamiste", selon les mots d'Emmanuel Macron. 

TERRORISME - Un homme a été décapité en fin d’après-midi ce vendredi 16 octobre à Conflans Saint-Honorine, dans les Yvelines, près de Paris. Son agresseur présumé a, lui, été tué par balle par la police dans la ville voisine d’Eragny, dans le Val-d’Oise, durant la tentative d’interpellation des forces de l’ordre a appris l’AFP de source proche de l’enquête.

Les faits se sont déroulés vers 17h, près d’un établissement scolaire, a-t-on ajouté de source policière. Les policiers de la Bac de Conflans Saint-Honorine ont été appelés pour un individu suspect rôdant autour d’un établissement scolaire, selon cette source. 

Sur place, les policiers ont découvert la victime et à 200 mètres plus loin, à Eragny, ils ont tenté d’interpeller un homme armé d’une arme blanche qui les menaçait et ont fait feu sur lui, le blessant grièvement. La mort de l’assaillant a été annoncée dans la soirée de source judiciaire. Une source proche de l’enquête a fait savoir que l’individu avait crié “Allahu akbar” avant d’être abattu par les fonctionnaires de la Bac. 

Un professeur visé pour avoir montré des caricatures de Mahomet en classe

Comme l’a encore confirmé une source policière à l’Agence France Presse, l’homme décapité était un professeur d’histoire exerçant dans au collège du Bois d’Aulne qui avait montré des caricatures de Mahomet pendant un cours. Les enquêteurs suivent donc la piste d’une attaque de représailles. 

“Il s’occupait aussi de l’enseignement moral et civique, et dans ce cadre-là, il avait effectivement fait un cours sur la liberté d’expression, avec des caricatures”, a précisé au micro de BFMTV Sophie Venetitay, secrétaire nationale adjointe du syndicat SNES-FSU. 

Shots similaires
Les shots les plus populaires de cette semaine