Thèmes d'actualité fermer

Christophe Revault, l'ancien gardien du TFC, est mort à 49 ans

L'ancien gardien du Toulouse FC (2000-2006), Christophe Revault est mort ce jeudi 6 mai, à l'âge de 49 ans.

l'essentiel L'ancien gardien du Toulouse FC (2000-2006), Christophe Revault est mort ce jeudi 6 mai, à l'âge de 49 ans.

Christophe Revault, l'ancien gardien du TFC (2000-2006) est mort ce jeudi 6 mai 2021. Les circonstances du décès restent encore à déterminer.

C'est au Havre que Christophe Revault, parisien de naissance, a débuté sa carrière professionnelle à 17 ans jusqu'à devenir un des meilleurs gardiens de Ligue 1. Il a disputé 530 matches dont 354 en Ligue 1. Transféré au PSG en 1997, il y connaît le très haut niveau mais aussi une disgrâce après un match de Ligue des Champions raté à Munich. Après deux saisons à Rennes, il débarque à Toulouse en 2000 où il laissera une marque indélébile. Il quitte les bords de Garonne en 2006 pour revenir une saison à Rennes. Il finit sa carrière en 2010 au Havre. Il avait intégré l'organigramme du club normand. 

Après la relégation du TFC en National, il choisit de rester au club

Relégué sportivement et administrativement à l’issue de la saison 2000-2001, le TFC échoue en National. Christophe Revault fait un pari et décide alors de rester au club, repris par Olivier Sadran. 

Tifo en honneur de Christophe Revault
Tifo en honneur de Christophe Revault

Nous lui avions consacré un grand portrait en 2005 pour son 300e match disputé en Ligue 1 avec le TFC. Voici ce que racontaient ses coéquipiers : "Quand le club est descendu en national, il était prêt à signer en Ecosse, disait son ami Stéphane Lièvre, actuellement dans le staff de Patrice Garande au TFC. Mais il avait ici un problème familial et il a choisi de ne pas abandonner sa famille plutôt que de gagner de l'argent. D'autres auraient fait le choix de l'argent…"

"Lors du premier match à Boulogne-sur-Mer, on avait traversé la France en bus pour loger dans un hôtel Formule 1. Pour un gars qui avait connu la Ligue des Champions avec le PSG, vous imaginez le décalage" racontait aussi son entraîneur, Erick Mombaerts. 

Revault contre OGC Nice
Revault contre OGC Nice

Alain Casanova, ancien entraîneur du TFC et ex-gardien de but du Havre, racontait ses débuts dans le club normand : "Un grand échalas avec des cheveux très longs que j'ai vu débarquer au Havre en 1989. Il avait 17 ans et devait être ma doublure. Ce qui me frappait chez lui, c'est sa volonté dans le travail, son désir de progresser. Il passait des heures supplémentaires à travailler avec les attaquants."

"Un compétiteur"

Stéphane Lièvre : "La première fois que je l'ai rencontré, c'était ici, au club, un jour de juillet. Je me souviens que sa tête m'avait impressionné. Je trouvais qu'il avait une tête énorme ! Depuis, nous sommes devenus très proches. C'est un joueur hors pair, un compétiteur. Si nous en sommes là aujourd'hui, c'est parce qu'on l'a eu avec nous. Il a des qualités de cœur, il est toujours disponible. Un jour, après une défaite à Monaco 3-0, nous étions allés chez Bruno Carotti. Il avait voulu récupérer et prendre un bain dans le jacuzzi. Le seul problème, c'est qu'il avait oublié d'enlever son costume !"

Revault lors du derby contre Bordeaux
Revault lors du derby contre Bordeaux

Le modèle de Christophe Revault, c'était Pascal Olmeta. "Jeune, j'achetais les mêmes tenues que lui, je me coiffais pareil". Son meilleur souvenir de match ? " Mon premier en Ligue 1 avec Le Havre contre Paris même si je l'avais perdu (1-0)". Et le pire ? "Avec le PSG en Coupe d'Europe à Munich. On avait perdu 5-1, j'étais passé à travers. Il m'a coûté ma place en équipe nationale".

L'ancienne icône du Stadium était aussi l'un des premiers joueurs à arborer le crâne rasé... avec Fabien Barthez. "C'était avant le match de la reprise avec Rennes contre Auxerre en 1998. J'avais fait un pari avec un pote le soir de la finale de la Coupe du Monde.."

Olivier Sadran : "Je suis effondré"

Les hommages se sont multipliés, au TFC mais aussi au Havre ou au PSG qui a fait part de sa « profonde tristesse ».

"Je suis effondré rien qu’en pensant à ses proches, a déclaré l'ancien président du Toulouse Football-Club, Olivier Sadran. Il a participé à la reconstruction de ce club au même titre que Stéphane (Lièvre) et William (Prunier). Sans Christophe, rien n’aurait été possible. Il avait cette influence sur les jeunes, cette grandeur d’âme, ce calme qui le caractérisait et, surtout, cette humilité. Il était un homme profond qui avait de vraies valeurs."

Ancien coéquipier à Rennes et au TFC, Dominique Arribagé est anéanti : "Il a montré son attachement et sa fidélité au club. Christophe c'était une figure du foot français et un super gardien qui avait atteint le très haut niveau. Il a accompli une super carrière. Il pouvait paraître costaud mais il y avait chez lui une fragilité qui le rendait attachant. Il était adorable, entier, tout le monde l'aimait. C'était une pâte. Je suis très triste". 

Quant à son ami proche William Prunier, il se dit "sous le choc". 

Shots similaires
Les shots les plus populaires de cette semaine